Acteur majeur de la distribution de gazole vrac et d'AdBlue® aux transporteurs routiers
Cours 08h44Brent 68,72 $/b
01h00Euro / Usd 0,0000
Besoin de conseil ? Appelez-nous
Du lundi au vendredi de 8h à 12h30 et de 13h30 à 18h
0 810 005 445
Service 0,06 €/min + prix appel

Autres contact >
Vous souhaitez être rappelé gratuitement par un conseiller :
Votre demande a bien été prise en compte
Envoyer

Les prix du marché en temps réel

 
 
Source :  -   

0 810 005 445
prix d'un appel local
Pour obtenir un prix, appelez le

Flash marché AFP du jour :

Le pétrole se redresse après sa pire séance de l'année
24/05/2019 19h20



Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi, se redressant après avoir subi la veille leur pire séance de l'année sur fond de ralentissement de l'économie et de tensions commerciales.
A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet s'est apprécié de 93 cents pour clôturer à 68,69 dollars.
A New York, le baril WTI pour la même échéance a gagné 72 cents pour finir à 58,63 dollars.
De nombreux traders ayant déjà déserté les salles de marché à l'approche d'un week-end prolongé d'un jour férié lundi à New York comme à Londres, "les échanges ont été assez agités en cours de séance", a observé Matt Smith de ClipperData.
"Mais on termine finalement sur un rebond, ce qui est une réaction normale au plongeon de la veille", a-t-il ajouté.
En baisse depuis lundi pour le WTI et mardi pour le Brent, les cours du brut ont accéléré leur repli jeudi et encaissé leur plus forte chute de l'année. Sur la semaine le Brent s'affiche d'ailleurs en baisse de 4,9% et le WTI de 6,8%.
Les prix avaient surtout obéi jeudi à la forte aversion des marchés pour le risque liée aux tensions commerciales persistantes entre les Etats-Unis et la Chine; ils ont à l'inverse profité vendredi de l'attrait généralisé pour les actifs jugés plus risqués, symbolisé par la hausse des marchés boursiers et la baisse du dollar.
Le prix du baril a aussi pâti cette semaine de la hausse inattendue des réserves de brut aux Etats-Unis et d'indicateurs décevants sur l'activité dans le secteur privé au Japon, en Europe et aux Etats-Unis.
Or un ralentissement de l'économie pourrait peser sur la demande de carburant, et donc de pétrole.
Pourtant, tous les analystes ne sont pas convaincus que la baisse récente des prix est justifiée, alors que la production est fortement perturbée par des sanctions américaines sur deux exportateurs historiques, le Venezuela et l'Iran, et que l'Opep et ses partenaires maintiennent pour l'instant leur accord de limitation de la production.
Pour Giovanni Staunovo, analyste chez UBS, le marché se base trop sur les données hebdomadaires de l'agence américaine d'information sur l'énergie (EIA), "l'équivalent de naviguer en plein brouillard en regardant en vain vers l'horizon", écrit-il.
Il préfère pour sa part observer la quantité de pétrole "en transit" sur des navires pétroliers, "en forte baisse récemment, ce qui indique bien que l'offre mondiale est affaiblie" et "devrait se traduire par des baisses des stocks à terre dans les prochaines semaines".
js-jum/bp
UBS GROUP AG
COMMERZBANK
MARKIT


S’abonner pour recevoir les flash marché par email Archive des flash marché AFP pour les 7 derniers jours >>