Acteur majeur de la distribution de gazole vrac et d'AdBlue® aux transporteurs routiers
Cours 14h00Brent 66,77 $/b
16h29Euro / Usd 1,2029
Besoin de conseil ? Appelez-nous
Du lundi au vendredi de 8h à 12h30 et de 13h30 à 18h
0 810 005 445
Service 0,06 €/min + prix appel

Autres contact >
Vous souhaitez être rappelé gratuitement par un conseiller :
Votre demande a bien été prise en compte
Envoyer

Les prix du marché en temps réel

 
 
Source :  -   

0 810 005 445
prix d'un appel local
Pour obtenir un prix, appelez le

Flash marché AFP du jour :

Le pétrole commence la semaine avec prudence
19/04/2021 09h58



Les prix du pétrole hésitaient lundi face à la propagation du Covid-19 notamment en Inde et aux négociations susceptibles d'aboutir à un assouplissement des sanctions économiques envers l'Iran.
Vers 09H30 GMT (11H30 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 66,67 dollars à Londres, en baisse de 0,15% par rapport à la clôture de vendredi.
A New York, le baril américain de WTI pour le mois de mai cédait 0,08%, à 63,08 dollars.
La semaine passée, les deux références ont enregistré des gains d'environ 6%, retrouvant des prix plus vus depuis près d'un mois.
Mais le regain de vigueur du Covid-19 en Inde, marché porteur pour la demande de brut, figurait lundi parmi les facteurs d'inquiétude des investisseurs.
Le pays a recensé lundi un nouveau record de nouvelles contaminations: 273.810 cas sur 24 heures. C'est le cinquième jour d'affilée que le pays franchit la barre des 200.000 nouveaux cas.
Les autorités de New Delhi vont en conséquence imposer à partir de lundi soir aux 20 millions d'habitants de la capitale indienne un confinement d'une semaine.
"Dans le même temps, les investisseurs surveillent les tensions entre les États-Unis, l'Iran et la Russie qui pourraient avoir un impact sur les marchés du brut", a souligné Stephen Innes, d'Axi.
Les discussions sur le nucléaire iranien ont fait des "progrès" à Vienne malgré la persistance de "désaccords sérieux", ont rapporté samedi des participants.
"Toute avancée allant dans la direction d'une levée des sanctions sera baissière à court terme", ont indiqué Warren Patterson et Wenyu Yao, analystes chez ING.
L'Iran, dont l'industrie pétrolière est soumise à embargo par les Etats-Unis, produit actuellement 2,1 millions de barils par jour de pétrole brut, selon les derniers chiffres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) dont le pays fait partie.
Il y a trois ans, avant l'avalanche de sanctions économiques et financières américaines, Téhéran produisait 3,8 millions de barils chaque jour, un volume qui serait aujourd'hui difficile à absorber par un marché toujours fragilisé par la pandémie.
bp/js/abx
ING GROEP


S’abonner pour recevoir les flash marché par email Archive des flash marché AFP pour les 7 derniers jours >>