Acteur majeur de la distribution de gazole vrac et d'AdBlue® aux transporteurs routiers
Cours 14h00Brent 77,25 $/b
08h39Euro / Usd 1,1721
Besoin de conseil ? Appelez-nous
Du lundi au vendredi de 8h à 12h30 et de 13h30 à 18h
0 810 005 445
Service 0,06 €/min + prix appel

Autres contact >
Vous souhaitez être rappelé gratuitement par un conseiller :
Votre demande a bien été prise en compte
Envoyer

Les prix du marché en temps réel

 
 
Source :  -   

0 810 005 445
prix d'un appel local
Pour obtenir un prix, appelez le

Flash marché AFP du jour :

Pétrole: le Brent clôture à son plus haut depuis 2018, l'offre manque
24/09/2021 19h29



Les cours du pétrole ont clôturé en hausse pour la quatrième séance d'affilée vendredi, le Brent atteignant même un plus haut en près de trois ans, dans un marché où l'offre va rester durablement insuffisante et la demande est en hausse.
Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a terminé à 78,09 dollars à Londres, en hausse de 1,08% ou 84 cents par rapport à la clôture de jeudi. C'est son plus haut niveau en clôture depuis le 22 octobre 2018.
A New York, le baril de WTI américain pour livraison le même mois a lui aussi progressé, de 0,92% ou 68 cents, pour finir à 73,98 dollars.
Pour Michael Lynch, président du cabinet Strategic Energy & Economic Research (SEER), cette ascension irrésistible est due à l'opinion des opérateurs selon laquelle l'offre d'or noir est insuffisante dans le monde.
"Le fait de voir les stocks (de brut américain) baisser de plus en plus fait penser aux gens que le marché va rester tendu au moins encore quelque temps", a-t-il commenté.
Dans le Golfe du Mexique, quelque 31 plateformes pétrolières étaient encore privées de personnel, après les évacuations massives avant le passage de l'ouragan Ida, il y a quatre semaines.
Selon l'analyste Louise Dickson, du cabinet Rystad Energy, les perturbations liées à Ida devraient priver le marché de 300.000 barils par jour entre fin août et décembre, puis entre 120.000 et 125.000 au premier trimestre 2022, soit près de 50 millions de barils au total.
Par ailleurs, quasiment un quart de la capacité de production gazière de la région (24,27%) manquait encore à l'appel jeudi, selon le Bureau de régulation de l'environnement et de la sécurité (BSEE), ce qui contribue aux tensions sur ce marché.
Ces contraintes sur la production gazière, bien supérieures encore à celles observées sur le pétrole, entraînent un report de la demande de gaz vers l'or noir, soutenant encore un peu plus les cours du brut.
Quant à la demande, elle ne montre pas de signe de fléchissement, avec la hausse des importations de brut en Inde, l'amélioration de la situation sanitaire en Europe et la levée, par les Etats-Unis, des restrictions à l'entrée sur le territoire américain, qui devraient relancer les voyages et la demande de kérosène des compagnies aériennes.


S’abonner pour recevoir les flash marché par email Archive des flash marché AFP pour les 7 derniers jours >>